Willkommen in Kaiserslautern !!!  FCKFCM

Willkommen in Kaiserslautern !!! FCKFCM


 

13639828_10154384817699568_1331694035_o«  – Un pronostic ?

– Mais ça, c’est des matchs qui puent la pisse ! »

La Grenat Factory se lance dans son deuxième déplacement avant l’ouverture du meilleur, et du plus tactique, championnat du monde, en se rendant à Kaiserslautern, pensionnaire de Zwei Bundesliga, en cette fin d’après-midi de Juillet. Le FC Metz affronte le Fussball-Club Kaiserslautern au Fritz Walter Stadion, pour son avant dernier match de préparation.

Die Sonne scheint, Heinekens chaudes, RAP US au taquet en passant à côté de la base américaine de Ramstein, le déplacement se déroule dans de bonnes conditions. Une fois garés sur l’un des nombreux parkings qui jouxtent le stade de l’ami Fritz, il faut encore monter une putain de colline à pieds pour arriver au stade. Franchement, si le Saint Symphorien était placé de la même manière à Metz on ne subirait pas vos posts Facebook « Top body challenge » et autres, chaque année, à l’approche de l’été.

Une fois aux abords du stade, un premier constat : ça a l’air d’être autant la merde qu’à Metz pour pécho des billets. Une file ultra longue devant le guichet. Néanmoins, en faisant le tour de la (magnifique) enceinte, on s’aperçoit qu’il y a d’autres points billetterie nettement moins prisés. Huit euros le bifton. Pour un amical. Alors certes, vous vous dites « Putain, ils ne se mouchent pas du coude ceux-là ! », et c’est ce que je me disais aussi. Mais non en fait. On apprend qu’à la fin du match il y a un concert organisé dans l’enceinte, d’un certain Mark Forster, un artiste Allemand.

13901913_10154384817594568_1199251629_o

Bref, on entre dans le stade. Seule la moitié du stade est ouverte au public, le placement est libre. L’ambiance est familiale et détendue : 4 supporters sur 5 portent le maillot du FCK. Aucun ne porte de maillot de Paris ou de Chelsea, ça change un peu, ça fait du bien au football hein. Les parents emmènent leurs enfants au stade, ces derniers ont les yeux rivés sur Pokemon Go. Et bien entendu, l’information  que vous attendez tous : OUI ! OUI MESSIEURS ! IL Y A DES PINTES DE BIÈRE POUR 4 ! De la Deutsche Qualität en plus. Bon ce n’est pas une surprise. Mais toujours un plaisir par contre. A quand de la Bon Poison du cru à la buvette de la Tribune Est ?

L’entrée des joueurs se fait sur du Red Hot Chili Peppers. Les joueurs du FC Metz arborent fièrement leur maillots de Dortmund achetés aux vendeurs ambulants en bas de la colline du stade. Guido est promu capitaine de soirée. Espérons qu’il ne soit pas venu en charrette.

On sympathise avec Jan, un supporter du FCK de 27 ans, et son pote. Au bout de la cinquième minute, on se rappelle qu’on est là pour un match de Metz. Au bout de la trentième minute, on est quand même content de pouvoir boire des bières en savourant ce spectacle. C’est un match qui se joue en même temps que la reprise de la Domino’s Ligue 2. Pas de hasard pour le coup.

13646748_10154384817994568_355878693_o

Trente-sixième minute, Signo se pète et laisse place à Balliu. On n’a donc plus d’arrière gauche de métier valide, c’est ça ? On me souffle : « Autant recruter Romain Inez ». Apparemment on peut être supporter, faire des déplacements et ne pas aimer le football. Du pain béni pour Cazeneuve.

A l’approche de la mi-temps, les attaques semblent s’intensifier sur le but de Lautern, ou alors c’est la UrPils qui commence à faire effet. Erding bute sur le gardien. Cohade centre pour Guido, resté aux avants postes, qui score en deux temps. 1-0 pour les Grenats Lorrains. Ismaïla Sarr nous gratifie d’un petit festival dans l’entrejeu et le Hinsch donne des conseils tactiques (Ne rigolez pas) à Jouffre.

Mi-temps. Comme à son habitude, la Horda débarque en avance pour chauffer le stade. On apprécie la dégaine du nouveau coach du FCK,  Tayfun Korkut, ancien coach de Hanovre, qui est sappé comme un manager de chez Primark pendant les soldes.

À la reprise, on se fait tout doucement rouler dessus. Sévèrement en fait. Didillon manque de peu de laisser le ballon rouler derrière sa ligne. Une minute plus tard, on se mange un but magnifique de la recrue Osawe, pleine lulu avec l’aide de la barre. 1-1.

fck03003

 

Le reste de la mi-temps sera du même acabit, Didillon sauvant la baraque à maintes reprises. On notera quand même l’entrée de Gauthier Hein aux alentours de la 60eme minute. Et sans capote, comme à son habitude.  Nous discutons de l’Euro de cette année, de la Coupe du monde 2006 en Allemagne, pour laquelle le stade a accueilli quelques matchs, et de notre saison à venir respective avec notre nouvel ami Jan. Selon lui, la montée du FCK est un objectif utopiste pour cette année et il pense qu’ils finiront en milieu de tableau. Comme nous avec le FCM, n’est-ce pas ? N’est-ce pas ?!

Alors quels enseignements tirer de ce déplacement ? Dans le jeu, on sent une envie de bien faire, impulsée par Jouffre ou Cohade notamment, mais bordel qu’est-ce que ça pêche. On peut émettre l’hypothèse que les joueurs n’avaient pas envie de se blesser à 15 jours du démarrage du championnat. Ou qu’ils ont aussi apprécié la bière allemande. Une ossature se dégage et je pense qu’en dehors de Lejeune, qui sera probablement titulaire à la place de Sarr, et de possibles blessures, nous avions le 11 type au début du match pour la réception de Lille. JOGA BONITO.

Liste des points positifs de ce déplacement :

  • Boire de la bière, légalement, au stade à un prix abordable. C’est bien la première fois que je sors d’un stade plus bourré que j’y suis entré.
  • Manger un VRAI burger king, pas un ersatz Français, à la sortie du match
  • Ne pas croiser de maillots d’autres clubs.
  • Pisser dans des chiottes sans marcher dans l’urine d’inconnus.

13898713_10154384817494568_803123303_o