Et Gauthier l’enroula dans la lucarne

Et Gauthier l’enroula dans la lucarne


Par où commencer ? Par Thibaut Vion qui ressuscite et permet au FCM de revenir à hauteur de Lorient dans un match peu maîtrisé oiseau de mauvaise augure ? Ou par ces terribles images qu’on a vu hier soir ?

J’arrive difficilement à mettre des mots sur les événements de la semaine, comme l’impression qu’on ne pouvait tomber plus bas, mais qu’on a quand même réussi l’exploit d’y arriver, au fond du trou. Désolé, j’avais donc besoin de m’exprimer, cet article c’est sûrement de la merde, c’est pour ça que je vous ai mis la vidéo du but de Hein à la fin.

LE DERBY

Déjà peu confiant pour le premier derby de la saison, j’étais évidemment en PLS (position latérale de sécurité) sur le premier but de Pedretti, évitable certes mais pas immérité. Ce qui ne m’a pas plu, c’est la suite de la rencontre. Malgré 15 premières minutes correctes, on est totalement passé à côté de notre derby, faisant preuve d’un manque d’envie criant alors que le niveau n’était pas non plus très élevé en face. On repart donc avec un 4-z dans les dents, et c’est là que le drame commence.

LE RETOUR DU BUS

Les joueurs s’en foutent, ne venez pas me faire croire qu’ils vivent mal d’avoir perdu ce match quand même le coach déclare « c’est un match comme un autre, une branlée comme une autre » (à peu de choses près). On les attends donc au retour du bus pour discuter avec eux, les plus téméraires ayant confectionnées quelques banderoles « vous entrez dans l’histoire » « fiasco » et qui vient parler ? Lejeune, blessé et sorti à la 40ème, Milan et Kawashima, n’ayant pas joués, et Philou qui nous sort sa guitare pour nous faire entendre son plus beau refrain. Derrière, des joueurs plus responsables du désastre comme Cohade ou encore Mandjeck, restent invisibles pour le premier, préfère snapper pour le second. Bon.

LES SUPPORTERS

On repart du stade bredouille, les joueurs préférant s’enfuir par derrière, pas ou très peu de dialogue donc et c’est la que le drame continue. Plusieurs supporters pensant supporter mieux que d’autres, nous disent sur les réseaux sociaux comment il faut bien supporter son équipe, ce qu’il faut faire et ne pas faire, « mais tu t’attendais à ce qu’il vienne prier de le pardonner à genoux ? » Non garçon, juste une réaction comme à CaenSeube a pris le micro devant les ultras, tout simplement.

LE FOOTBALL C’EST LE SAMEDI

Bref. On essaye de passer à travers tout ça, on se dit qu’on va quand même aller voir Metz contre l’Olympique Lyonnais parce que Metz c’est nous, pas ces baltringues qui ne savent mêmes pas stopper Issiar Dia (sérieusement). On est donc plusieurs milliers à avoir bravé le froid pour voir nos guerriers aka Rivierez et Signorino prendre l’eau contre le crack Maxwell Cornet. Plusieurs blessés, une équipe de Lyon en grande forme, ce match promet de nous renvoyer en Ligue 2 dès ce soir. Les kops font grève 15 minutes, sortent calicots et banderoles, personnellement je me refuse à me lever, applaudir ou soutenir mon équipe, je suis là pour le club, pas pour ces starlettes snapchat qui pensent que les banderoles sont des actes de sauvagerie alors qu’ils ont laissé Cuffaut marquer un but mercredi.

L’IDIOTIE

Le drame ultime, un ou plusieurs imbéciles jettent des pétards sur Anthony ‘El Gato’ Lopes qui s’écroule une première fois, avant de recevoir un second pétard qui lui explose directement à la tronche. Il est au sol, le match est arrêté, les joueurs rentrent aux vestiaires, 5 minutes, 10 minutes, annonce du speaker que le match va reprendre, silence de cathédrale, tout le monde écoute les menaces « un incident, c’est fini ». Le match ne reprendra pas, 45 minutes d’attentes avant que le même speaker l’annonce à un public médusé, honteux de ce qu’il s’est passé, haineux aussi, en témoigne les nombreux chants envers la tribune où a eu lieu l’incident. Avant le match, les deux tribunes s’étaient déjà échangés quelques chaussures, après le match également. J’en ai marre de ce club qui se descend tout seul. Les joueurs font honte mercredi, les supporters le samedi.

Le pire dans l’histoire, c’est qu’on menait 1-0 et qu’on jouait pas mal, ce qui m’amène à me poser cette question: Et Gauthier Hein dans tout ça ? Les plus optimistes ne se souviendront que de ça, qu’il l’enroula dans la lucarne.

L’ENROULÉ DANS LA LUCARNE