Pas piqué des hannetons part en vadrouille avec @FeyenoordFrance #Groundhopping

Pas piqué des hannetons part en vadrouille avec @FeyenoordFrance #Groundhopping


Le weekend dernier, pendant que vous regardiez un match de merde à 9 contre 11, avec @FeyenoordFrance et @Quentin_Rostou on était bloqué devant les grilles d’un stade flamand. Décryptage, analyse, inside, un document spécial signé Danny Dyer.

Dans la capitale Européenne 

Direction cette fois la Belgique avec mes camarades groundhoppers, 2h18 de route à 180 sur l’ « Autoroute du Soleil » (personne, jamais) et nous arrivons à Bruxelles, capitale aussi moche que le reste du pays ne l’est, heureusement qu’il y a un stade sympa à visiter.

L’autoroute du soleil, la bien nommée

C’est pourquoi nous arrivons devant le stade de l’Union Saint-Gilloise, stade mi-stade mi-forêt, idéal pour barbecues en été. Ce stade répond au doux nom de Parc Dudien, pas de match programmé ce jour-là malheureusement mais une belle ballade dans une enceinte qui sent bon le football Moules-frites-bières qu’on aime tant en Belgique.

En réalité, le stade est construit aux abords d’un parc (d’où le nom), ce qui explique les nombreux arbres autours, empiétant mêmes dans le stade.

Le stade supposé en travaux, un peu comme la tribune Est

Un petit soulagement dans des toilettes encore plus vétustes que ceux de Saint-Symphorien et nous prenons la route vers Mechelen aussi connue en français sous le nom de Malines pour un match pas piqué des hannetons contre le KRC Genk.

En route pour Malines (prononcé Maliinss par Quentin)

 

Malines est à peine à 30 minutes de route de Bruxelles et vaut vraiment le coup d’œil, une petite ville bien sympathique avec une très belle place centrale, on vous laisse chercher sur internet, flemme de mettre encore une photo. Petit burger à Ellis Gourmet Burger, où Erwan et Quentin apprécient le service, puis nous prenons la direction du magnifique AFAS-Stadion.

Une vingtaine de minute de marche depuis le centre-ville de Malines et vous êtes au stade. Et là, surprise, il n’y a pas de guichets vendant des billets à l’entrée où nous arrivons. Nous faisons donc le tour du stade en nous disant que l’entrée principale est de l’autre côté, en effet.

Et là, seconde surprise, il n’y a pas non plus de guichet de vente de billets. On se retrouve donc comme des cons devant le stade, sans billets et donc sans possibilités d’entrer dans l’enceinte. Nous nous mettons donc à la recherche de vendeurs à la sauvette, malheureusement il n’y en a pas, nous contactons donc le service presse du club afin d’essayer d’entrer en prétextant connaître et vouloir interviewer Yohan Croizet ancien joueur messin. Cette ruse ne marche pas, sachez-le.

Erwan récupère un billet un trop venant d’une âme charitable, il ne nous manque donc plus que deux sésames. Deux billets que nous essayons de gratter au service Scout, malheureusement la meuf refuse de nous en donner en disant que les scouts viendront. Le match avait commencé depuis 25 minutes, elle ferme son guichet 2 minutes après. COME ON YOU BASTARD !!!!

Je suis donc rentré dans le stade juste pour prendre une photo de ce stade de merde, où les stadiers sont des fils de p*** néerlandophones, Malines s’imposera [TW Viol] mais les supporters de Genk gagneront le combat en tribune. (on les entendait plus depuis l’extérieur en tout cas)

Ah oui tiens, autre fait intéressant, ils ont une fanfare à Malines et jouent en rouge et jaune, devinez à qui ces beaufs nous ont fait pensé ? Réponse en commentaires.

Stade de merde, équipe de merde, allez le Racing

Notation de Malines (l’article continue en dessous folks)

Note Globale tambour-grenattambour-grenattambour noirtambour noirtambour noir
Ambiance tambour noirtambour noirtambour noirtambour noirtambour noir
Resto tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour noir
Stade tambour noirtambour noirtambour noirtambour noirtambour noir
Ville  tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour noir

C’est donc un peu plus tôt que prévu que nous rallions Rotterdam et le logement AirBNB de Danny, première fois aux Pays-Bas pour ma part.

Pas piqué des hannetons découvre un nouveau pays

Nous arrivons donc dans un pays où les pistes cyclables sont plus larges que les routes et où les scooters en profitent pour rouler dessus, ce qui est généralement un mauvais signe, et prenons place dans le logement « Scandinavian Touch » by danny. Premier coup de théâtre, le lit pourtant estampillé « scandinavian » en français « scandinave » ne fait à peine plus d’1m20 de largeur. Autre stupéfaction, la pompe électrique sensée gonfler le matelas gonflable ne marche pas (Danny nous dira plus tard de la brancher électriquement, sans déconner Danny). Heureusement que je suis prévoyant, j’ai pensé à emmener la mienne. C’est donc ainsi que s’achève cette première journée sous le ciel hollandais. 

La ville

La parole revient à notre expert-guide Erwan créateur de FeyenoordFrance:

Le centre de Rotterdam a été rasé pendant la guerre, du coup on voit surtout des buildings qui donnent un petit air de New-York à la ville. La ville sert aussi de laboratoire aux architectes et les maisons cubes à Oude Haven ou la gare centrale valent le coup d’œil. Sinon, il y a aussi des vieux bâtiments, comme la Witte Huis à Oude Haven toujours, ou le quartier de Delfshaven qui est bien sympathique. Le sud de Rotterdam où Feyenoord joue est plus populaire et ouvrier, il y a pas vraiment grand chose à voir.

Les bars & resto (surtout les bars)

Du fait de notre arrivée tardive le samedi soir, nous ne sommes pas sortis ce soir-là pour goûter aux effluves des bars néerlandais. Il a donc fallu attendre la fin de Federer-Nadal le dimanche à 13:00 pour prendre la direction d’un bar de supporters nommé The Hide Away, perdu dans un quartier résidentiel. 

Très beau bar

C’est dans ce bar là que nous rencontrons Marco et Ferry, deux fervents supporters des rouges et blancs. Bières après bières après bières, Ferry nous raconte son déplacement dans la ville la plus moche de Lorraine après Thionville en 2006, voici son récit:

J’ai fait parti de ce déplacement à l’époque, c’était bon délire. Les gens avaient peur de nous, ils avaient l’air tétanisés. Moi j’étais jeune, je voulais me marrer. Après le match on était en ville, on a croisé des racailles qui voulaient nous péter la gueule si on était Néerlandais, alors on a répondu qu’on était Belges, on s’est marré et on est parti.

C’est juste pour l’anecdote, allez Metz

Nous suivons ensuite ce petit groupe et parlons avec Marco qui s’essaye au français:

Ta mère est une p*tain du trottoir

Ce n’est pas très concluant mais on se marre bien, on arrive ensuite à Varkenoord, le terrain du club amateur de Feyenoord. Dans le club house, possibilité de se restaurer et de continuer à boire de la bière à des prix très très très démocratiques.

Magnifique photo-montage de derrière les fagots

Il est bientôt l’heure de retrouver Joris Delle aux portes de l’équipe de France dans les cages de N.E.C face à Feyenoord, on file au stade. 

Le mot de Quentin, expert des avant-matchs alcoolisés:

Ça va être compliqué de retourner à la Culture foot française. J’ai particulièrement apprécié le pressing houblonné de nos amis néerlandais. J’ai cru que le sida se cachait dans leurs canettes mais ces bières issues des ténèbres étaient en réalité parfaites pour un avant-match. Franche camaraderie qui émaillait des centaines de supporters présents ici et là aux abords du stade. Ça change des 10 maillots messins aux Paraiges.

Ah oui, juste pour dire, le soir on a mangé au Dinos en centre ville, sympathique et démocratique.

Les pages des lieux visités:




Le stade

De Kuip, en français la baignoire, se situe juste derrière les terrains amateurs, 5 minutes de marche donc pour arriver devant notre entrée. Pour l’ambiance, je vous conseille de prendre vos places en Tribune Nord (Jaune) mais pas dans le kop, comme ça vous pouvez admirer le résultat en étant juste à côté. Si vous voulez plus de confort, prenez vos places en latérales, si vous voulez des prix attractifs ça sera vers les secteurs Y (en face du kop). 

Pour acheter les billets, deux solutions, le site de Feyenoord ou la plateforme de revente Viagogo (partenariat avec le club, pas d’arnaque). Le prix des billets vont à peu-près de 20 à 45€, hors frais Viagogo.

Vue du kop

L’ambiance fut bonne sans pourtant être exceptionnelle, la faiblesse de l’adversaire n’aidant pas. Je n’ai pas entendu une seule fois le parcage visiteur qui était quasiment plein. Les chants sont pour la plupart d’inspirations anglaises, ils ont donc la particularité d’avoir de vraies paroles, ce qui change des « allez allez oh oh » qu’on peut entendre aux quatre coins de la France.

A la mi-temps j’ai été à Legioenzaal, sorte de boîte de nuit à l’intérieure-même du stade, plutôt carrément ouf.

Erwan au balcon, il est content

Sur le terrain, les Feyenoorders assurent l’essentiel et jouent tranquillement pour conclure cette partie sur le score de 4-0 avec une magnifique cagade de Joris Delle (la vidéo commence au bon moment). Les joueurs viennent saluer leurs supporters, Feyenoord est leader au classement.

Le logement

Ne prenez pas le airbnb de Danny. Vraiment.

Mais si vous voulez voyager avec Airbnb, nous avons un code de réduction vous permettant de profiter de 30€ de remise pour toute réservation de 70€ et plus, pour en profiter, cliquez sur le logo juste à droite. 

 

Notation

Note Globale tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenat
Ambiance  tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-trois-quarttambour noir
Resto & Bars tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour noir
Stade tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenat
Ville  tambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour-grenattambour noir