Entretien avec Franckychamalow, membre de la Horda Frénétik 97

Entretien avec Franckychamalow, membre de la Horda Frénétik 97


Replacement de la Horda Frénétik 97 en Tribune Est Haute désormais, nous avons profité de l’ouverture de la période de réabonnement pour aller à la rencontre d’un de ses membres pour poser nos questions les plus plates et les plus inintéressantes. Et petit spoiler, il semblerait que la Horda ne soit pas près de disparaître. Prenez-en de la graine les socios. Ou non, mourrez lentement à la vue de tous, c’est mieux. Mais tout de suite, Pan’ investigation.

Alors, « les dangers » , comment ça va?

Comme un footeux durant l’été d’une année impaire. Mal, très mal. Je me suis retrouvé sur des sites comme FootMercato, pour te dire…

Bon déjà, sportivement, t’as pensé quoi de la saison? Le maintien par Philippe Hinschberger quand même putain…

C’est vrai que sur le marché français y’a quelques noms intéressants, après on ne peut pas tellement hurler au scandale sur sa prolongation. Le mec c’était sa première saison en Ligue 1, le climax de sa carrière avant ça c’était d’avoir fait 2 000 personnes au Stade Le Basser et là il nous maintient, il a fait le taff. Alors oui, moi aussi, j’ai dû choper deux trois ulcères à cause de l’absence de plan de jeu, des matchs sacrifiés contre les plus grosses équipes, de ses apparitions télés guitares à la main, mais bon j’ai envie de croire en la bonté de l’homme et de me dire que ce mec a un plan précis dans sa tête et que cette année lui a offert quelques certitudes sur ses capacités. Je suis un doux rêveur.

On critique souvent Bernard Serin mais au final on n’a jamais été aussi proche du Projet Grenat 2010, tu penses quoi de sa vision sportive?

Après sept ans et une descente en National, on se rapproche enfin d’un brin de l’objectif qu’il s’est fixé. Normalement avec un retard pareil, la pizza elle est remboursée, mais bon il est bien accroché à son siège et difficile de trouver de potentiels repreneurs avec les conflits d’intérêts qui viennent de la mairie et de la région.

Sa vision sportive ? Il tâtonne. Il englobe ça dans cette vieille rengaine qui dit que « Metz est un club historique de Ligue 1 » et il tente un peu tout et n’importe quoi. Un directeur sportif – agent comme Freitas qui fait jouer son réseau pour bâtir une équipe qui ne se révélera pas au niveau, des anciens qui viennent à la barre comme Cartier ou Hinschberger, le Senseball pour innover, les infrastructures en préfabriqué : on  trouve tout et son contraire à Metz. Je sais même pas si on peut aller plus loin que la vision, vu le peu de progrès réel et visible que fait le club dans ses travaux.

C’est qui ton capitaine préféré entre Mandjeck et Guerriero du coup?

Un mélange des deux : un mercenaire, un gros melon, une coupe ridicule, et on se demande ce qu’il fait sur un terrain de football. Il a eu le brassard Fred Biancalani ?

Instant nostalgie ahouais?

Et ton espace VIP préféré? T’en penses quoi de cette politique axée sur l’augmentation des revenus du stade?

Le Palais du Kebab est pas mal coté ! Plus sérieusement, cette politique elle est visible en France depuis l’attribution de l’Euro 2016 à la France par les clubs qui ont construit de nouveaux stades et qui ont pensé pouvoir profiter d’un « effet Euro » qui au final ressemble à un effet « siège vide ». Du coup notre président (qui vit peut être dans l’illusion d’avoir accueilli l’Euro) s’y met aussi… avec le stade le plus morbide de Ligue 1. L’augmentation des tarifs d’abonnements cette année, je ne sais pas comment le club peut la justifier vu les services déplorables proposés au stade, niveau restauration, digital et sanitaire. On a le pire stade de Ligue 1 et ce n’est pas une intersaison qui va tout soigner. Celui qui pense le contraire est dans la mauvaise foi ou l’amour aveugle du club.

J’ai aussi beaucoup de mal avec cette politique illisible de créer huit classes différentes d’abonnés, réparties au milieu et sur les côtés des tribunes. C’est limite de la ségrégation par les prix et je trouve que ça désunit complètement le public de Saint-Symphorien. Je vais peut-être passer pour un illuminé, mais pour moi c’est une excellente solution trouvée par le président Serin pour fragmenter l’union du public, qui peut parfois se retourner contre la direction du club. Habile.

Bon, rentrons dans le dur, comment le groupe a-t-il vécu la saison (pas sportivement du coup)? C’est le genre d’événements qui soudent ou qui font éclater un groupe généralement… Qu’est ce qu’il en est au niveau des actions en justice à l’encontre des lanceurs, tu sais?

Si il y a quelque chose qu’on peut affirmer, c’est que l’après Metz-Lyon n’a pas fait éclater la Horda en morceaux. On l’a vu lors de Metz-Bastia et Metz-Caen, il y a un noyau dur intergénérationnel assez soudé pour continuer à faire de la Horda l’une des attractions du stade Saint-Symphorien, une attraction visuelle chaleureuse pour les gamins et passionnelle pour les plus grands, au détriment d’un stade morbide que je t’ai décrit précédemment. Les événements ont bien sûr fait que certains ont pris du recul, dont moi, ce qui est tout à fait compréhensible, et d’autres, que j’admire beaucoup, ont été motivés à faire en sorte que 20 ans d’histoire de tribune engagée et animée n’allait pas s’effacer direct après un coup de pétard. Concernant les lanceurs, qui n’étaient pas membres du groupe je tiens à le préciser, je ne trouve aucun intérêt à m’intéresser à ce qui leur arrive. Ils ont agi en leur propre conscience, ils ont affaire à la justice en leur nom, j’ai pas à savoir ce qu’il en est.

Comment se passent les réunions avec Bernard Serin? ( qui y va, quelle est l’atmosphère, comment vous discutez…)

Une dernière réunion a lieu vendredi, chaque génération de la Horda y sera représentée (les anciens, ceux qui sont les leaders aujourd’hui et les plus jeunes). De ce qu’on m’a rapporté et que j’ai relaté dans ma lettre au président sur le site du GFC, ça a été assez tendu la première fois, Bernard Serin délaissant Hélène Schrubb et Alain Faber face aux responsables de la Horda lorsqu’ils lui ont lancé des critiques sur sa gestion des groupes de supporters. Tu imagines bien que c’est pas la Convention des Bisous, c’est un peu tendu, chaque parti campe sur ses positions.

Les problèmes avec la direction de cette année ne sont pas les premiers, est ce qu’il n’y a pas un sentiment de découragement de la part de certains? 

C’est vraiment à prendre au cas par cas. Quand certains ont envie de prendre du recul par rapport à tout ça, et au final pour mieux revenir, d’autres sont restés très engagés. Au final tu te retrouves avec un groupe que je trouve cohérent  dans sa position et qui continue de vivre à travers les générations. Les générations passent et les motifs de garder actif le mouvement du supportérisme « ultra » à Metz restent, que ce soit pour contester la hausse des prix des places, les interdictions de déplacement, ou prochainement les méthodes de fichage. 

Vous avez pas peur d’une sorte de plan Leproux à Metz?

Les contextes sont complètement différents, et comparer les mouvances ultras à Paris et à Metz n’ont pas vraiment grand intérêt. Personnellement je ne pense pas à un plan comme celui-là à Metz. Bien sûr que lorsque l’on discute entre nous, c’est un exemple qui revient, mais ça n’a rien de concret. Le plan Serin est de toutes façons déjà bien en place, il fait dans l’authentique.

La campagne des abonnements a commencé… Comme annoncé par le président, les places Supporters se trouvent en Est haute. Alors, heureux?

Le danger est éloigné, les femmes et les enfants vont de nouveau pouvoir entrer dans cette ancienne zone de non-droit qu’était la Tribune Est Basse. Ouf !

Le groupe compte s’y installer ? Ou plutôt quels compromis êtes-vous prêts à accepter? (et quels sont les sacrifices que vous ne ferez pas quoi)

Le groupe accepte la relocalisation géographique, mais les méthodes de fichage et notamment la prise de photos d’identité pour l’abonnement (méthode qui ne vise qu’un frange des abonnés, ce qui est totalement discriminatoire) sont au centre des débats, comme les conditions d’accès à la zone du bloc Horda notamment. Chacun doit être libre de pénétrer dans cette zone s’il le souhaite.

On voit que tout le monde se plaint du prix des abos à Metz, pourtant le nombre d’abos reste globalement stable, s’agit-il d’une bonne politique tarifaire pour toi au final?

C’est du marketing brut et de la ségrégation par les prix comme je le disais en amont. Quand beaucoup de clubs font des tarifs homogènes quelques soient les tribunes concernées, chez nous on enferme des abonnés dans des « clubs » fermés avec une fourchette de prix variant sur plusieurs centaines d’euros. Je trouve ça stupide. Si le nombre d’abonnés ne baissent pas, faute d’une offre alternative de football de bon niveau inexistante à Metz, on voit que le public devient beaucoup plus sensible au niveau de jeu de l’équipe. On l’a vu cette année, le taux de remplissage du stade s’est amoindri par rapport à nos dernières saisons en Ligue 1.

C’est quoi ce qui vous gêne d’avoir été déplacés/déportés en haute? (l’injustice ? la moindre proximité avec les joueurs?)

L’important pour un groupe ultra, c’est d’être vu et entendu. Quand tu regardes un match à la télé, que le ballon part vers un but, tu sais quelle bâche il y a derrière et quelles couleurs si tu t’y connais un strict minimum. La Est Haute, c’est moins de visibilité, une réforme totale de notre mode d’organisation des tifos, et surtout la sensation d’être parqué comme à l’extérieur dans notre propre stade.

Pour les collectes de jouets aussi ça va être coton, mais bon tous ses escaliers ça nous fera les jambes.

Crédit photo : Le répu t’as vu

Un retour en Est basse est-il légalement possible avec cette histoire de distance du filet?

Je ne crois pas, ça demanderait selon moi des travaux trop importants sur le bas de la tribune. Mais la question mérite d’être étudiée.

Quel est selon toi l’état actuel des relations entre les groupes messins, et quelle perspective d’évolution?

Les conflits, les tribunes politisées, c’est pas nouveau et ça continuera. Mais selon moi le mouvement ultra à Metz va se retrouver dans quelques années face à un seul et unique ennemi : l’Etat d’Urgence et les institutions qui l’instrumentalisent pour nous empêcher de se déplacer pour supporter le FC Metz dans toute la France. Tu le vois déjà au niveau national à travers la création de l’ANS et les mesures de désobéissance civile qui ont eu lieu à la fin de la saison de la part de certains groupes.

Les valeurs de la Horda sont-elles compatibles avec la politique répressive et sectaire du club, notamment ce fichage permanent?

Ce ne sont pas les valeurs de la Horda qui y sont incompatibles, c’est les valeurs de citoyens ayant des droits, qui souhaitent vivre encore un match de football comme ce qui doit être un loisir, et non pas quelque chose d’anxiogène qui te flique à tout bout de champ. Ce qui va aboutir de la QPC sur la loi Larrivée va être déterminant, et on attend là-dessus aussi, car cela pourrait décider de la légalité ou non des mesures prises par Bernard Serin. Réponse le 16 juin.

Quelles actions prévoyez-vous à court et moyen terme? Vous allez quand même faire un truc pour vos 20 ans?

Tu crois vraiment que je suis du genre à révéler une fête d’anniversaire surprise ? 😉

Merci encore à Franckychamalow pour sa disponibilité et ses réponses sérieuses, tout en humour.