A la rencontre d’un Gwengampais ! (spoiler: c’est @Franckb22)

A la rencontre d’un Gwengampais ! (spoiler: c’est @Franckb22)


Aujourd’hui rendez-vous est pris avec un descendant du duché de Bretagne. Plus précisément situé dans les Cotes-d’Armor, où sévit, un club d’une petite ville d’irréductibles Gwengampais luttant contre l’envahisseur: foot-business. Quoi de mieux que la Ligue 1 pour balancer une vision manichéenne du football: Foot-populaire contre foot-business. Ce retour de la Ligue 1 sonne pour nous, Messins, comme un match d’amertume. Adieu Diabaté, adieu Izo. Bonjour Nolan, bonjour Géronimo. Courage à vous pour les remplacer dans nos cœurs encore endoloris. Pour contrer le manque, et la tristesse qui nous anime face au départ de Sarr et la non-signature du Cheick, c’est Franckb22  que nous recevons aujourd’hui afin qu’il nous parle de sa Bretagne -Breizh eo ma bro- , de Coco Michel et sur le club numéro 1 de Bretagne: L’En Avant Guingamp. Et toi lecteur es-tu Kalon ?

Salut Franck, peux-tu te présenter et nous expliquer pourquoi l’En Avant Guingamp est ton club ?

Alors, salut. Franck, vingt-si… deux ans, infogra-fist (c’est de l’infographisme avec un poing dans le cul). Y’a pas de secret à mon amour pour l’En Avant. C’est un club qui, comme bien d’autres, invite souvent les clubs de foot de jeune du coin. Et comme j’évoluais dans le club qui a vu les premiers émois du ô grand Coco Michel, le mien était souvent invité. Du coup, il n’aura pas fallu plus d’une fois pour tomber amoureux de Roudourou. L’atmosphère a joué aussi, une dernière journée de championnat, un maintien à obtenir, victoire impérative. Et y’a un but, un but de Carnot. Un rouge aussi, pour Tony Heurtebis. Comment ne pas tomber amoureux de l’En Avant et du foot, ce jour-là ? Les valeurs du club aussi, évidemment. L’outsider constant. Celui qui sans cesse, est là où on ne l’attend pas. Ce poil à gratter du foot français, qui emmerde les grands et se retrouve parfois à jouer le rôle d’arbitre dans des affaires qui ne sont pas censés le concerner. Je pense qu’on est le genre de club qui représente la lueur d’espoir d’un restant de foot populaire dans un océan de foot business.

Quand tu te rends compte que, oui, tu joues à Guingamp

As-tu fait le deuil de Jocelyn Gourvennec ? Si non, à la Factory on compte un psy’,  souhaites-tu une psychanalyse ?

Fais-ton vraiment un jour le deuil de son premier amour ? Non, hein ? Une séparation est toujours dure à vivre (ndlr: Izo dan no keurs bb tu nou mank). Tu te demandes sans cesse « et s’il était resté ? » Puis, tu imagines une saison catastrophe, où tu descends en Ligue 2. Tu te demandes si ça aurait valu le coup de terminer là-dessus. Du coup, tu arrives à la conclusion que c’était le moment de mettre un terme à l’histoire. C’est le mieux pour tout le monde, mais c’est pas pour autant que ça ne fait pas mal. ( </3)

Toi qui est Breton, peux tu nous dire si Nantes et le Mont St Michel sont bretons ? 

J’suis malheureusement pas le breton le plus calé dans l’Histoire de sa région donc j’évite de me lancer dans des débats sur -si oui ou non- le Mont St Michel est breton parce que je me ferais torché dans les dix secondes par quelqu’un de bien plus calé. Je pense tout simplement qu’est breton qui se sent breton. Les seuls gars qui sont pas bretons, c’est les connards qui tartinent leur pain avec du beurre sans sel. Eux, ils peuvent aller se faire mettre.

On aime les dessins à la GF, même si on ne les comprends pas

Que penses-tu du FC Metz  de façon générale ?

J’en ai plutôt une bonne image, c’est une ville de foot. Après, l’entraîneur, les joueurs, le président, c’est plus compliqué mais Metz ça reste Robert Pirès et Robert Pirès c’est bae. Et vous avez eu le bon goût de nous ramener Flo Malouda à Roudourou une dernière fois et rien que pour ça la Lorraine mérite d’être Grenat.

Si je te dis « Nolan Roux » tu trembles de peur ?

Ah bah là, c’est pas compliqué, on va affronter Metz puis Paris. Nolan Roux puis Neymar. Et autant te dire que s’il y en a un des deux qui me fait peur, il est pas brésilien…

Une question nous taraude, après huit ans de présence au club, vous avez réussi à comprendre ce qui cloche avec l’oreille droite de Giresse?

C’est tout simplement aérodynamique. Il a le don de pouvoir utiliser ses oreilles pour freiner ses courses, un peu comme les parachutes dans des courses de dragster. Vous voyez de quoi je parle ?

Thibault avec la tenue de l’équipe vétéran de l’EAG

C’est quoi la plus grande fierté Bretonne au fond, le Kouign Amann ou Christophe Kerbrat ?

Pas de place au doute sur celle-là, l’histoire de Kerbrat est une inspiration. Naître là où il est né et surmonter les épreuves de la vie que sont celles d’un homme qui est né dans cet endroit pour arriver à faire quelque chose de sa vie, c’est beau putain. C’est beau.

Parlons football maintenant, es-tu ravi du mercato guingampais ?

J’aurais espéré quelque chose de plus… ambitieux. Parce qu’on final on change pas beaucoup le onze de la saison passée, qui avait fait une très bonne première partie de saison, mais une seconde partie de saison diamétralement opposée. Donc on ne sait pas encore sur quel pied on va danser. Notre recrutement c’est surtout fait sur le banc, y’a eu un gros ménage de fait de ce côté là, dehors les squatteurs de bancs, place à des jeunes qui ont la dalle. On verra ce que ça donne, mais on lance la saison avec une boule d’appréhension au ventre.

Pas de « Road to Europe » cette année alors ?

Hum… Je pense pas. Pas par le championnat, en tous cas. L’objectif affiché est de faire au moins aussi bien (10ème). Mais si on peut se faire un énième périple en Coupe de France face à des Romorantin et Saint-Jean de Luz, on prend. Déjà, parce que c’est toujours un moment tout à fait exceptionnel qu’un tirage de Coupe de France avec une boule « Guingamp » ça a le don de réveiller toutes les conspirations Guingampo-Le-Gratiennes.

Peux tu expliquer à nos lecteurs, le projet que cherche à développer l’EAG ?

Dans un premier temps, le projet est clair: s’installer en Ligue 1. Là, on va jouer notre cinquième saison consécutive, un record donc c’est une première satisfaction. Il y a aussi un gros travail de fait au niveau des installations: le Roudourou a connu un sacré lifting ces dernières saisons, « l’Akademi » a été refaite à neuf et le prochaine gros projet c’est le déplacement du centre d’entraînement. Je pense que, concrètement, le modèle c’est le Lorient de Gourcuff en plus ambitieux: s’installer confortablement en Ligue 1 et tenter de se rapprocher autant que faire se peut de l’Europa League via les Coupes mais aussi via le championnat.

Depuis le retour en L1 de l’En Avant quels sont les ingrédients du succès selon toi ?

La première, elle se nomme Jocelyn Gourvennec, déjà. Quand on remporte cette Coupe de France, dès la première saison. C’est quelque chose! En plus on peut ainsi participer à l’Europa League qui nous a, assez étrangement, sauvé notre seconde saison. C’est toujours le cap le plus dur à franchir que celui de la seconde saison -Courage à vous d’ailleurs-. Ensuite, on avait un groupe construit depuis le National qui a tout vécu. On a perdu des éléments forts sur le chemin (Imbula, Knockaert, Yatabaré, Beauvue) et on en perdra d’autres (Salibur, Coco, Blas…) mais ce n’est pas ces individualités qui font le collectif, elles ne font que le sublimer. Donc on perd ces éléments, mais tant qu’on ne construit pas une équipe sur des individualités ou sur un élément, ça ira.

« On sait qu’on a de la qualité et qu’on peut faire de bonnes choses à l’extérieur, collectivement. Donc à nous de jouer ! » Jocelyn Gourvennec avant Videoton-Bordeaux

En définitive, ça fait quoi de voir l’état-major de son club et son président, proche de ses supporters, notamment via l’initiative « Kalon » ?

C’est la normalité pour nous. La proximité avec les supporters ça a toujours été dans l’identité du club. Un entraînement fermé, on connait pas. C’est plutôt cool. Le fait d’être une petite ville aide. C’est pas à Paris que tu vas croiser Cavani au troquet du coin ou Pastore en train d’aller chercher son pain. C’est là aussi toute la beauté de notre club. Enfin pour l’opération Kalon, qui est le fait de devenir  » socios » du club en étant supporter-actionaire. On ne sait pas, avec certitude, si ça va nous permettre d’avoir un impact réel sur le club mais une chose est certaine. C’ est que Bertrand Desplat notre président, et le club nous ont donné l’occasion à tous de marquer l’Histoire de notre club, d’y laisser une trace. C’est quelque chose d’absolument génial pour tout supporters qu’on est.

Un petit pronostic pour conclure ? 

J’ai pour principe de ne jamais parier contre l’En Avant donc 1-2. Roux – Camara, Briand.

Et en avant ? 

Guingamp, assurément !

Merci à Franck  pour sa disponibilité, vous pouvez le retrouver sur Twitter (@franckb22) mais aussi sur: roud-boys.fr un site de passionnés sur l’EAG, mais que, puisqu’il tient un site dédié au séries TV. Si vous souhaitez avoir des icônes sur vos bureaux pour vos séries, ou voir des trailers de séries qui ne sont pas encore sortis ou obtenir des informations sur une série: lesiconesdefranck.com.