Metz – PSG, score fleuve pour la première de Rivière

Metz – PSG, score fleuve pour la première de Rivière


Vendredi, l’existence du FC Metz prenait enfin tout son sens, au diable les Niakhaté, les Balliu et Kawashima, si l’on est venu de Saint-Avold, Sarrebourg ou encore Holving c’est pour le déhanché de Neymar et les roulades de Mbappé !

BREAKING NEWS: Invasion de Lynx mosellans vendredi soir au Stade Saint-Symphorien de Metz.

Le supporter messin passe sa vie entière à jouer l’illusion, à duper ses proches, il joue pleinement son rôle. Il s’abonne, achète son maillot, se restaure au palais du kebab, adoube le speaker. Il attend patiemment le D-Day, l’adversaire, l’idole d’un soir, le rêve d’une vie.

La supercherie a donc pris fin, des milliers de graoullys étaient en réalités des Lynx. Certains ignoraient d’ailleurs cet androgynisme footballistique. Le chant des sirènes a fait de nombreuses victimes, seuls les plus fervents d’entre nous résistent encore et toujours à l’envahisseur footbalistico-business.

Piste aux étoiles et chasse au Lynx

C’était donc la piste aux étoiles, les super-héros parisiens étaient réunis pour dévorer le cadavre messin. Les lynx mosellans (espèce en prolifération depuis 2012) eux, portaient leur habituel regard arrogant et plein de prédation sur cette masse indigne que nous sommes, nous, fidèles pèlerins Hinschbergiens. Mais c’était oublier les kangourous de l’Ouest, les puncheurs de la tribune autoroute, les gardiens du phare à Bernard, qui après un but parisien sont partis vaillamment chasser le Lynx et rétablir l’honneur messin.

Le grand Est était tout émoustillé de cette rencontre, tout le monde allait pouvoir snapper fièrement les as du mercato, se délecter du montant stratosphérique. Assister à un match du PSG est désormais un signe ostentatoire de réussite sociale.

Résiste, prouve que tu existes ..

Le score reflète une supériorité indiscutable, mais il occulte les complexités du football et les caractéristiques messines, celles qui font d’ailleurs (à son insu) son charme.

Comme prévu, Metz reçoit les assauts répétés de l’artillerie parisienne qui confirme sans surprise son talent et sa puissance. Mais Metz se défend courageusement et tient bon, Albert Cartier n’aurait d’ailleurs pas renié ce combat. Cavani finit par ouvrir le score avant de se heurter deux fois à la muraille du Japon, le grand Kawashima. 31e minute de jeu et ce n’est pas si pire pour les grenats qui arrivent à mettre en difficulté des parisiens omniprésents mais relativement peu efficaces.

Rivière, Dossevi, des espoirs supplémentaires

Source : https://tylwydd.smugmug.com/FC-Metz/Saison-2017-2018/FC-Metz-PSG/i-BhnzjW2/A

Si Paris ouvre la marque après la demie-heure de jeu, ce n’est pas pour battre le record des monégasques de l’an dernier, bien au contraire ! Titularisé pour sa première apparition dans le groupe, la nouvelle recrue togolaise, Matthieu Dossevi, va offrir ses premiers frissons à Saint Symphorien.

Excentré près de la ligne de touche après avoir tiré un corner, il récupère le ballon, passe délicatement entre Neymar et Cavani, profite de la maladresse de Meunier pour décrocher un centre au second poteau. Alors que l’orgie parisienne allait débuter c’est Emmanuel Rivière qui pousse le ballon au fond des filets et égalise pour les messins. C’est toute la rage messine qui jaillit des yeux exorbités des hinchas grenats ; Messins plutôt que Français !

Retour sur terre

Mesdames, messieurs, tout ceci n’a été qu’illusion, Metz will be Metz, et la loose attitude ne nous quitte jamais, même les grands soirs.

Est-ce Assou-Ekotto qui a fauché Mbappé ou bien est-ce l’arbitre qui a plus fauché le FC ? La question restera sans réponse, et il faut bien respecter cette honorable décision même si nous sommes tous d’accord que l’arbitre A FOUTU EN L’AIR LE MATCH. Nous crierons longtemps à l’injustice, nous nous souviendrons longuement du loupé de Rivière face au but vide mais avec un ballon difficile à maîtriser.

L’avalanche de buts déferle ensuite sur les cages du pauvre Kawashima et Metz encaisse une nouvelle défaite sur un score lourd, 5-1. Mais rassurez-vous, pas de panique, ce n’était que le dernier match amical de la préparation du FC Metz, la nouvelle saison démarre dimanche. Le mercato messin s’est donc terminé à temps, la préparation physique a été de grande qualité et le groupe vit en parfaite osmose.

Pour sa première journée de Ligue 1, Metz se déplace à Angers. Le chemin de croix connaîtra peut-être un nouvel épisode.

Pour déverser ta haine, c'est ici ↴