A la rencontre de nos amis poissards rennais!

A la rencontre de nos amis poissards rennais!


Le week-end de la fête des Lumières approche ici à Lugdunum. Pour bien débuter celle-ci et afin d’éviter les touristes dans cette charmante ville. Nous avons eu la chance d’échanger avec @Martin_Chois  et @Feuxdelavilaine, entretien avec des compatriotes de la poisse avant notre nouvelle défaite à venir demain soir.
Tout d’abord qui êtes-vous et pourquoi avez vous eu l’idée saugrenu de supporter le Stade Rennais ?
Moi c’est Matthieu, alias @FeuxDeLaVilaine je suis le feuilleton haletant que nous propose le SRFC, j’essaie ne de louper aucun épisode mais c’est une série qui a beaucoup de rebondissements ! Je supporte le club depuis que je sais marcher, depuis que mon père m’a amené au stade. Il a suffit d’un but marqué par nos Bretons et toute une tribune en liesse à la limite de m’étouffer au moment de la célébration pour me convaincre que le foot, c’est pas banal. Voilà j’étais marqué au fer rouge et noir, pour le meilleur et pour le pire. Côté réseaux, je suis également un ancien rédacteur du site  (http://www.stade-rennais-online.com) ainsi que d’Horsjeu (http://horsjeu.net) avec la Breizhou Académie. Je fus également contributeur sur le collectif SocialRoomFC (https://socialroomfc.com). Vous l’aurez compris j’ai mon SRFC dans la peau.
Pour ma part, je m’appelle Martin alias @Martin_Chois. Je suis né à Troyes, donc bien plus près de Metz que de Rennes. Il n’y a pas de raison pour que je supporte Rennes, sinon peut être l’amour de la souffrance. J’ai commencé à les supporter à l’époque Shabani Nonda et le match contre la Juventus. Mon premier souvenir. Puis j’ai eu la chance de vivre sur Rennes pour mes études. Ça fait 5-6 ans que je vis ici et là en Bretagne. Mon sang est complètement rouge et noir maintenant et Rennes est « ma » ville. Au delà du foot, j’y ai une bonne partie de ma vie.
D’emblée, que pensez vous du FC Nantes ?
Martin : Le FC Nantes c’est nos meilleurs ennemis, la Beaujoire notre 2e maison (ne la détruisez pas). Il ne faut pas se mentir c’est mieux quand ils sont là, en L1. On vient on gagne et on s’en va. J’ai quelques potes à Nantes, mais les semaines de derby ils n’existent plus ! Après, ça reste une rivalité bien moins violente que Sainté-Lyon. Ça dure que deux semaines par an ici.
Matthieu : Au regard des derniers résultats contre le FCN et de l’invincibilité rennaise à la Beaujoire (d’ailleurs ils désespèrent tellement de perdre contre nous qu’ils vont déménager leur stade) une illustration vaut parfois mieux qu’un grand discours : 
Vous étes le Bayern Leverkusen de la Ligue 1 -toujours placé jamais gagnant- est-ce si frustrant qu’on le dit ?
Matthieu : A la longue oui un peu, même si on s’habitue. Mais justement, dès qu’on s’habitue le SRFC se débrouille pour nous envoyer une touche d’espoir, on se remet alors à y croire, et fort en plus, car il y a une vraie attente – plus ou moins silencieuse selon les périodes – qui bout parmi les supporters : ça y est on se dit : « cette année c’est la bonne ! », et c’est un espoir qui est régulièrement déçu. Le cercle vicieux recommence.
D’une certaine façon on se blase, on se résigne un peu afin se blinder émotionnellement et continuer à supporter les rouges et noir vaille que vaille. C’est aussi pour cela que tu verras beaucoup d’auto-dérision parmi les supporters rennais, c’est un levier, une soupape qui nous permet de tenir.
Martin : On s’habitue… Cependant, quand on va gagner un truc, ça va être la folie furieuse dans les rues de Rennes. En tout cas personnellement faudra appeler les pompiers pour me ramener.

Le départ de Gourcuff semblait-il inéluctable ? 
Matthieu : Oui il l’était, même si cela s’est fait des conditions un peu originales – Christian Gourcuff est viré après une remontée de 4 victoires d’affilées – mais les fautes de communication du coach – mépris envers les supporters, une psycho-rigidité pour un système de jeu qui endort celui qui le regarde et qui braque certains joueurs de l’effectif et ne tire pas le meilleur d’eux- cumulées à celles de l’ancien président Ruello avec des déclarations constamment contradictoires, insultes envers les arbitres et surtout un soutien aveugle au coach ont eu raison d’eux. La famille Pinault a décidé qu’il fallait faire un peu de ménage et cela a été fait. On verra sur le long terme si cela portera ses fruits.
Martin : A mon avis son destin était lié à celui de Ruello, donc à partir du moment où ce dernier est parti, c’était fini pour lui. Son bilan comptable était très mauvais, il ne me manquera pas. Je ne porte pas le personnage dans mon cœur donc ça ne m’attriste pas en tout cas. J’ai pas la même vision du football. Pour lui ça s’arrête au rectangle vert. Il n’a jamais rien compris de la culture football qui rend ce sport différent des autres
A quand le #Gourcuff2018 ? nous parlons bien évidemment ici de Gourcuff fils.
Matthieu : J’ai de la sympathie pour le joueur mais la répétition des blessures l’a flingué sur le plan physique, et son épisode lyonnais ne lui a pas fait du bon au mental. Il se reconstruit petit à petit mais on se ne voile pas la face il n’aura plus le niveau d’avant. Ceci-dit techniquement il a encore toutes ses qualités, la vitesse d’exécution pêche un peu plus mais on sent que quand il enchaîne les matchs ça revient petit à petit. Même un Yoann Gourcuff à 70% c’est un joueur qui tient la route dans pas mal de clubs de L1.
Mais en ce moment on est plus #André2018 c’est notre métronome, techniquement à l’aise, bonne capacité de récupération, il régale avec en moyenne une roulette et un bel extérieur du pied par match,je te parle du genre d’extérieur qui trouve une ouverture dans la défense et procure une occasion de but. C’est certainement le joueur le plus régulier de notre effectif, et certainement le plus apprécié alors qu’il est de nature assez discrète.
Martin : Quant à moi je m’interroge sur la tenue éventuelle d’une coupe du monde handisport en 2018 afin d’évoquer le cas de Yoann Gourcuff.
La paire Lamouchi-Letang ça te fait peur ? Tu crains l’arrivée de Pini Zahavi ?
Matthieu : Non, J’admets avoir été sceptique sur ces nominations car mettre un entraîneur avec une expérience plus légère que certains de ses confrères, j’avais mes doutes. Des doutes qui ont pour l’instant été balayés. Il faut l’avouer on doit être un paquet à retourner notre veste en ce moment. Sabri Lamouchi sait comment il veut travailler tout en restant à l’écoute, les entraînements ont changés, ils sont plus denses, le travail physique a été renforcé par rapport à son prédécesseur et il communique beaucoup avec ses joueurs, il en a même sortis du placard avec succès ! On sent une vraie détermination dans son discours, dans ce qu’il dégage. Depuis qu’il est là l’équipe montre un vrai visage de gagneur sur le terrain, et ça faisait longtemps qu’on attendait de voir ça ici.
Pour le président Létang on verra, sa pige chez Sports UK Invest a été très courte donc on pourrait mettre un bémol sur cette inquiétude. De plus, la famille Pinault a toujours la main sur le club, et s’il y a une chose avec laquelle ils ne déconnent pas c’est leur argent, ils l’utilisent et investissent avec parcimonie et réflexion (c’est pour cela que tu ne les verras jamais faire comme Nasser au PSG, le progrès et le succès ça se construit plus que ça ne s »achète) : ils feront donc attention à ce qu’il se passe, sachant qu’il y a aussi un co-président, Jacques Delanoë, proche de François-Henri Pinault (le fils), qui connait très bien le club et ses instances, donc si Letang se met à faire n’importe quoi il sera très vite rappelé à l’ordre.
Martin : Pour l’instant Lamouchi est au top sur les résultats et excellent sur la communication, ça change. Après clairement Létang ça inspire pas la grande confiance. A voir, je suis prêt à vendre mon âme au diable pour un titre.( Tous à vos portables, on se prépare à composer le 18 ou le SAMU rennais)
Qu’attends-tu de cette saison pour le Stade ?
Matthieu : Qu’on prenne du plaisir à voir notre équipe, qu’elle joue tout à fond, chose qu’elle ne faisait pas forcément sous Gourcuff. Même si pour les coupes ça ne s’annonce pas facile (on reçoit l’OM et le PSG…). Et si on peut gagner un ticket européen ce serait la cerise sur le gâteau, notre dernière campagne européenne en 2011 avait une belle saveur : dans notre groupe on avait l’Udinese, le Celtic Glasgow et l’Atletico Madrid de Falcao, c’était très relevé, en tant que supporter c’est super de voir son équipe se confronter à de telles équipes, et si certains résultats n’étaient pas à la hauteur, sur certaines rencontres on était loin d’être ridicules. On veut évidemment revivre ça. Et choper une coupe aussi, sur un mal-entendu ça peut marcher.
Martin : J’aurais bien dit une coupe mais Marion Bartoli a décidé de nous tirer le PSG en Coupe de France dès les 32e. On peut encore rêver d’une 5e place et d’une qualification en Europa Ligue. Des petits déplacements au poil en Hongrie ou Arménie. Je commence les démarches pour mon passeport ( ça sent le footballski trip tout ça !)
Que penses-tu de notre Izo Sarr national ? D’ailleurs merci pour les 17M€ 
Matthieu : Mais de rien ! D’ailleurs vous en avez fait quoi ? Vous ne les avez pas réinvestis pour vous faire une équipe qui vous mettraient hors de la zone de rélégation ? Sarr, on sent qu’il y a un vrai et beau potentiel. Malheureusement sa vilaine blessure reçue contre Saint-Etienne a stoppé sa progression et son adaptation au grand dam du club et des supporters. Par ailleurs, on met une prime sur les jambes de Kévin Théophile-Catherine qui l’a blessé, on compte sur Fallou Diagne.
En outre, je suis très curieux de voir ce qu’il va apporter une fois remis de sa blessure sous l’ère Lamouchi, beaucoup j’espère.
Martin : Bah il marche beaucoup moins bien depuis que l’autre boucher de Théophile Catherine l’a charcuté, impunément. Hâte qu’il revienne. Il avait eu du mal à se lancer mais il montait doucement en puissance, et avec Lamouchi ça peut être fun. Il n’aura plus à être le sauveur en plus je pense. Ça peut lui retirer de la pression. Peut être même qu’on le fera jouer à son poste ! J’espère que vous prenez soin de Fallou de votre côté.
 
 
Arrives-tu à comprendre la politique sportive de Pinault ? 
Matthieu : J’en ai un peu parlé plus haut. Au niveau « local » il y a eu un effort de fait de la part du club pour expliquer que non, Pinault n’est pas Nasser ou Rybolovlev, mais ça a plus de mal à passer au niveau national, les médias nationaux n’arrivent pas (ou moins) à comprendre. Pinault veut construire quelque chose de pérenne pour le club mais pas de façon désordonné, c’est grâce à lui si le club a grandement modernisé ses infrastructures de 2000 à 2010 (centre d’entrainement, centre de formation, contribution à la rénovation complète du stade), il comble également le déficit financier face à la DNCG quand le besoin se fait sentir. Mais de l’autre côté il a aussi été très échaudé sur le recrutement lorsqu’il y avait sorti le portefeuille pour quelques brésiliens au début des 2000, c’est aussi pour cela qu’il fait plus attention. Il laisse le sportif aux personnes à l’intérieur du club, qui sont au plus proche du milieu du foot et du terrain, il n’a jamais eu vocation à diriger le club il avait déjà tout un groupe à gérer, il intervient uniquement sur les grosses décisions. Il est là parce qu’il est comme nous : il est amoureux de ce club. Cette politique a failli réussir, on manque une qualification en Ligue des Champions sur tapis vert en 2007, on se qualifie 3 fois en finale en 5 ans, on arrive « régulièrement » en demi-finales…tu vois ce sont tous ces espoirs dont je parlais plus haut, on touche le bout du Graal, sans jamais s’en saisir, ni en boire, et pourtant dieu sait que les bretons ont soif.
Martin : Je crois qu’il est plus intéressé par l’art contemporain (je parle pas de sa belle fille) que par le football.
Enfin, que t’inspires ce FC Metz 2017 ?
Matthieu : Honnêtement je n’ai pas trop suivi ce qu’il s’est pas passé chez vous à l’inter-saison, je pensais que Mandjeck était toujours messin. Du coup je ne comprends pas pourquoi vous n’avez pas prolongé Cheick Diabaté (D’ailleurs Cheick si tu nous lis on cherche un avant-centre), ou fait un recrutement avec les sous touchés du transfert de Sarr, je m’imagine donc que c’est le bordel dans votre club, et encore plus depuis que vous traînez dans la zone rouge. Bon ok, vous avez pris Nolan Roux mais est-ce que c’est suffisant ? Je pensais que vous alliez mieux gérer avec l’arrivée d’Hantz qui a une bonne réputation, mais quand ça veut pas…la situation ne prête guère à l’optimisme.
Martin : Ça pourra être que mieux en 2018, dîtes vous ça!
Un pronostic pour la victoire Rennaise ce samedi ?
Matthieu : Même si je me méfie toujours des bêtes blessées : 3-1 pour Rennes, avec un but sur pénalty de Fallou Diagne (c’était notre tireur désigné comme tous les autres les loupaient). Je précise que le SRFC est la hantise des parieurs et des pronos, c’est un club imprévisible capable de tout. Avant Rennes avait l’habitude de relancer les équipes et les joueurs en difficultés, mais les derniers résultats contredisent cette théorie : on a plus de repères. Et j’ai l’impression que Lamouchi est déterminé à ne pas laisser l’histoire se répéter…
Martin : Je me fais l’aller/retour. Donc logiquement on va perdre. Je mise sur un 1-0 Metz. Parce qu’on est le Stade Rennais, quand même.
Rideau  !

Pour déverser ta haine, c'est ici ↴