#OMFCM : Comment attaquer face à Marseille ?

#OMFCM : Comment attaquer face à Marseille ?


Salut les loulous ! Vendredi, c’est Marseille qui va se dresser sur le chemin du rouleau-compresseur messin, mené par un Pep Hantz en pleine réussite. Simplement, face à une équipe marseillaise en très grande forme (19 points pris sur leurs 7 derniers matchs) et bien supérieure sur le papier, le coach va probablement mettre en place une défense à 5, et les Grenats vont rencontrer des difficultés dans le secteur offensif. Comment tenter de percer le bloc marseillais ?


Une probable défense à 5

Face à une équipe plus solide, qui plus est en jouant à l’extérieur, Frédéric Hantz va probablement opter pour une défense à 5, comme ce fut le cas par exemple à Montpellier ou à Monaco, une formation qui va probablement enrichir la palette de l’équipe sur le long terme. Face à des Marseillais bien ancrés dans leur 4-2-3-1, on risque donc de se retrouver sur un schéma comme celui-ci :

Avec autant de défenseurs on pourrait presque croire que Metz va pas prendre un seul but.

Metz va donc se retrouver en infériorité numérique dans l’axe du milieu de terrain, et risque de souffrir, du fait d’une ligne de récupérateurs marseillaise solide et de relais offensifs qui manient bien le ballon. De plus, Palmieri, déjà en difficulté lors des précédentes rencontres, va se retrouver à défendre sur Thauvin et Sarr, qui risque d’être très tourné sur l’offensive… Je vous laisse imaginer. Metz va donc beaucoup défendre, et va devoir le faire à 11. Mais Metz va aussi devoir s’appliquer dans son animation offensive pour éviter de faire un non-match.

Une relance à soigner

La relance va être un élément clé du match côté messin. En effet, les phocéens seront en surnombre dans l’axe et possèdent des gabarits solides derrière (Rolando, Rami) qui pourront s’imposer dans les duels aériens. Il va alors falloir utiliser une solution offerte par ce dispositif : les deux offensifs excentrés.

Deux solutions peuvent s’offrir ici. La première, la plus logique, se servir de Nolan Roux, excentré coté gauche, qui sera au duel avec Bouna Sarr, et qui n’aura donc pas de souci à s’imposer sur des longs ballons aériens. Cette solution est d’ailleurs particulièrement intéressante en cas de pressing marseillais car elle permet de sauter le milieu de terrain, et de temporiser à gauche en attendant une solution : montée de Palmieri, un retrait vers Cohade ou Mandjeck, voire un appel intéressant de Rivière mais faut pas rêver non plus.

Faudrait prévenir Bouna que ce sera un autre client que Keita Baldé face à lui…

La seconde serait de prendre des initiatives de derrière et de s’appliquer à relancer proprement. Plus compliquée en cas de pressing marseillais, elle est cependant envisageable grâce notamment au profil de Niakhaté, habile dans ce genre de situations. Ce sera ainsi à Roux, mais aussi et surtout à Mollet ou à Milicevic (selon qui sera titulaire) de l’autre coté, de rentrer dans le coeur du jeu et d’offrir une solution entre les lignes pour jouer en appui ou en déviation sur un partenaire libre. L’essentiel est en fait dans un premier temps de trouver un partenaire hors de la zone occupée par Zambo Anguissa et Luis Gustavo.

Il n’est de plus pas à exclure la possibilité de voir Fallou Diagne s’intégrer au milieu de terrain pour offrir une solution de plus pour faire circuler le cuir. Mais ne rêvons pas, les Grenats ne verront pas beaucoup le ballon vendredi soir… A eux de bien l’exploiter.

Un enjeu énorme dans les couloirs

Une autre clé de l’animation offensive messine sera la relation entre ses offensifs excentrés et ses latéraux, et ce particulièrement sur le coté droit. Tout dépend au final du degré de liberté offensive des latéraux.

Le coté droit risque d’être particulièrement intéressant pour les messins. Ocampos, qui va probablement être aligné sur le couloir gauche des olympiens n’est pas un grand défenseur et risque donc de laisser des espaces à exploiter sur son couloir. Il serait d’ailleurs particulièrement intéressant de voir Balliu titularisé : sa plus grand mobilité que Rivierez pourra faciliter la défense sur Ocampos, et sa qualité de centre pourrait être bénéfique. Il faudra trouver des décalages dans ce couloir pour essayer de trouver dans la surface Emmanuel Rivière mais aussi Nolan Roux, qui est habitué à entrer en soutien dans les 16 mètres.  La tendance de Bouna Sarr à jouer les coups offensifs à fond pourrait également libérer le couloir gauche messin en contre-attaque, mais Palmieri et Roux auront probablement du mal à se projeter suffisamment rapidement pour éviter le retour du roi. Le couloir gauche sera plutôt exploitable, comme dit précédemment, sur attaque placée, avec Roux utilisé en pivot.

La présence au second ballon aux abords de la surface sera aussi cruciale. Cohade et Mandjeck, seuls pour bloquer l’axe, ne pourront se découvrir ; ce sera alors aux joueurs de couloir de s’arranger pour occuper ces espaces, afin de ré-exploiter ensuite les ballons repoussés par la défense adverse.

Enfin, les coups de pied arrêtés seront également très importants si les Messins n’arrivent pas à se créer d’occasions dans le jeu. Un joueur comme Milicevic pourrait être particulièrement intéressant de ce point de vue là. Et pitié, plus de corner à deux si c’est pour les faire comme on les fait d’habitude…

———————————–

Et hop, 3 points facile ! La #Grenatada plus que jamais en marche.

Si tu veux entendre nos douces voix débriefer Metz-Nice, c’est par ici.

Pour déverser ta haine, c'est ici ↴